Aphorismes

Morale d’un mammifère

L’humain barbare est celui qui pense que les animaux ne deviennent bons qu’après dressage, qu’une fois l’animal ôté de toute son intensité d’être, ôté de toute la vie qui bouillonne en lui, jusqu’à la docilité et la servitude qui le ravit. À tous ceux qui par des morales de dresseurs d’humains souhaitent amender l’humanité, à ceux qui souhaitent empêcher les roses d’être des roses, aux barbares, je vous adresse un message, un message de liberté, d’intensité et de vie.

N’attendez pas de moi que je devienne un fier défenseur de vos idéaux… la lutte contre tous les fanatismes sous toutes ses formes, la se trouve le seul vrai combat qui affranchit. Quand les opprimés d’hier deviendront les dérives autoritaires de demain, c’est contre ceux-ci que je me dresserai.

Ils se disent proches de l’humain, mais sont toujours prêts à faire la guerre au nom de leurs idées, de leurs idéaux et même de leurs certitudes les plus bancales… l’idéalisme comme la morale à toujours bon dos, il sent toujours le soufre et le sacrifice humain.

Il est sain d’avoir des ennemis… ils sont à préserver comme tel, à vos côtés, tant que possible, ils vous aident à grandir et à vous intensifier, non pas dans la haine ou dans une envie de vengeance, mais dans une intensité qui culmine vers les cimes. Dans l’ordre de l’intelligence et de la vitalité, tout ce qui rend intranquille mérite d’être vécu, tel est le schéma d’une nature en vie.

La vie, seul compte la vie, envers et contre tout ce qui la nie et tente de l’amoindrir.

27 juin 2019